Le miracle du matin

« Ce livre est une invitation à faire progresser votre moi afin d’accroître votre réussite (car c’est dans cet ordre que les choses se passent). En commençant immédiatement et en faisant preuve d’assiduité, vous enregistrerez des progrès quotidiens pour devenir la personne méritant un 10, qui vous permettra de vous forger une vie notée 10 elle aussi, et sincèrement désirée et méritée. Et le succès sera inévitablement au rendez-vous.« 

book_miracle_morning

J’avais déjà vu quelques reportages sur des personnes se levant aux aurores pour courir à la salle de sport, mais je n’avais pas vraiment creusé le principe du Miracle Morning, théorie de développement personnel à succès tirée du livre du même nom, écrit par Hal Elrod. C’est en lisant la chronique de mon amie Julie (par ici) que je me suis dit que j’allais un peu plus creuser l’affaire, d’autant que j’avais déjà essayé de me lever tôt et que ça me plaisait bien.

Le concept fondamental exposé dans cet ouvrage est celui-ci : pour avoir une vie meilleure, il faut devenir quelqu’un de meilleur, et le meilleur moyen d’y parvenir est de s’octroyer un temps défini pour son développement personnel. Et avec nos vies actuelles où tout va à 100 à l’heure, et où il devient très facile de se trouver des excuses au fil de la journée pour ne pas faire de sport, marcher, lire, méditer, etc, quoi de mieux que de se « libérer » une heure ou un peu plus à son réveil pour le faire ? (oui, vous avez bien compris, il s’agit de se lever un peu plus tôt) Selon Hal Elrod, notre journée – et donc, par extension, notre vie – est conditionnée par la façon dont on se réveille le matin. Réveil bougon, matin grognon, journée chiffon. Cela se tient.

Je ne suis qu’aux deux tiers de la lecture de ce livre, mais déjà quelque chose me frappe : à l’instar de la Magie du Rangement de Marie Kondo, c’est mieux quand même d’avoir fini de lire le livre avant de s’attaquer bêtement à appliquer les préceptes qu’on nous donne. D’autant qu’ici les conseils sont nombreux et précis. Soit. Sauf que, pour vous donner un exemple, j’ai lu il y a quelques jours un passage qui explique que lorsque on retarde son réveil (la fameuse touche Snooz), ou bien qu’on se dit « oh, j’irais plutôt demain ou un autre jour au sport » (bouuuuh la procrastination), on conditionne notre subconscient à ne pas respecter nos engagements, à décaler les choses, à se cantonner à une version médiocre de soi-même, bref à ne pas être responsable. Et comment arriver à se dépasser et à dépasser les limites qu’on pensait se fixer lorsqu’on est déjà infoutus capables de sortir de son lit le matin ? Comment tu veux arriver à quoi que ce soit dans la vie si tu n’arrives même pas à t’accorder du temps pour ton bien-être ?

Bim. Ca fait mal, hein ? Ben croyez-moi, quand le lendemain vous ouvrez les yeux à 7h15 et que vous vous dîtes que vous pouvez peut-être encore dormir un peu (parce que vous êtes très fatigué), vous avez une petite voix pas-si-petite-que-ça bien culpabilisante qui te dit d’un petit ton hautain (vous savez là, celui de la petite peste prétentieuse de notre scolarité ?) « eh ben… toi, tu vas rester médiocre. » Pas super agréable, dès le matin. Je pense que fondamentalement, ce livre se veut être un bon gros coup de pied dans le train (d’aucun dirait « une aide précieuse » mais laissons les fleurs de côté pour aujourd’hui, voulez-vous ?). L’important est de retenir qu’on peut le faire, et que si on veut vraiment le faire, il suffit de s’y mettre. On possède en nous un potentiel extraordinaire. La bonne vieille rengaine de la motivation, en somme.

Ce que j’aime d’ores et déjà dans ce Miracle Morning, c’est le lien pas si évident que ça qui est fait entre votre réveil et la façon dont il conditionne toute votre journée et toute votre vie. Nous avons trop souvent tendance à oublier comment nos actes, nos paroles, nos pensées, nos habitudes influent sur notre esprit mais aussi sur notre corps. Pourtant, on a tous plus ou moins fait l’expérience du « plus je dors, plus je suis fatigué(e) », et du « moins je bouge, moins j’ai envie de bouger », non ? J’avais expérimenté quelque chose il y a un an ou un peu plus, je me sentais déprimée, ça n’allait pas, et j’ai tâché de tromper mon cerveau geignard par des sourires. Non pas ce petit sourire forcé qui « ne monte pas jusqu’à ses yeux » comme disent les littéraires, mais ce grand sourire, celui qui fait pétiller les mirettes et qui trahit mes origines allemandes en exhibant mes pommettes. Eh bien non seulement ça a eu un bon effet sur moi, mais également sur ceux qui profitaient de cette expérience (je pense à ma mère, notamment.) De fait, je crois Hal Elrod quand il me dit que si j’ai la conviction de me lever le lendemain matin avec l’énergie pour déplacer des montagnes et que je pratique dès le réveil des activités qui vont dans ce sens, alors tout sera possible. Tout est une question de se rendre compte des pensées limitantes qui nous empoisonnent, de notre fâcheuse tendance à trop regarder en arrière et de changer de façon de voir les choses.

Vous aurez peut-être l’impression que j’essaie de vous vendre des tapis là ? C’est un peu (exactement, en fait) l’impression que j’ai eu en débutant ce livre, mais je pense que c’est le principe même des livres de développement personnel, et ici, c’était inscrit dès le titre : on vous vend un miracle. Cela dit, de même qu’on vous ment quand on vous que cette crème onéreuse va vous donner une peau radieuse avec un joli teint de pêche et un grain sublime en une semaine alors que pour l’instant c’est rougeurs/sécheresse/boutons/teint gris, les habitudes conseillées dans cet ouvrage auront un effet grandissant avec la pratique (vous ne serez pas une Rock Star tout de suite, désolée). Néanmoins, j’ai pu déjà expérimenter ceci : un jour, j’ai eu un réveil très médiocre. Etant victime d’un épouvantable rhume option trucs non identifiés qui t’empêchent de respirer le matin en t’encombrant tout ton appareil respiratoire et qui te désèchent (fin de la parenthèse #malife), je me suis réveillée au plus mal, avec une seule envie : celle de plonger ma tête dans la baignoire. Forcément, j’ai passé une journée un peu mitigée, même en respectant un de mes objectifs de la semaine (à savoir me promener un peu chaque jour).

Eh bien, aujourd’hui, j’ai débuté ma journée de la façon que préconise Hal Elrod : réveil, arrêt technique (comprendra qui pourra), ablutions du visage, un grand verre d’eau, puis les « life SAVERS », à savoir le Silence (la méditation dans mon cas, 10 minutes), les Affirmations (je débute seulement, c’est mon prochain objectif à développer), la Visualisation (mon premier essai, 5 minutes), l’Exercice physique (une séance de yoga de 5-10 minutes), la Lecture (de cet ouvrage, en l’occurrence – Reading), et enfin l’Ecriture (Scribing). Ensuite, on peut commencer sa petite journée : planifier son Bujo, prendre un petit déjeuner, se faire un bon thé, se laver les dents, trier son linge, et plein d’autres choses passionnantes. Verdict ? Après mon Miracle Morning – l’ensemble de ces activités -, ou plutôt, dès mon étape d’écriture, je me suis sentie pleine d’énergie. Pourtant, ça ne change rien au temps gris, aux choses à faire que j’ai un chouïa trop repoussées, ni à la fatigue accumulée pendant plus d’une semaine. Pour la première fois depuis quelques jours, lorsque je me suis demandée « comment je me sens, aujourd’hui ? », la réponse n’a pas été « fatiguée » mais « je sens de l’énergie ». Bon, ce n’est pas encore un flamboyant « je me sens déterminée à conquérir le monde, Minus » (oooh la référence des années 90, bonjouuur), mais je compte bien y parvenir !

Pour conclure cet article, je voudrais dire que ce n’est jamais vraiment facile de prendre de bonnes habitudes. L’attrait de la procrastination est en général supérieur à l’idée que peut-être certaines actions pourraient nous rendre plus heureux. C’est exactement le concept du sport : au début, on ne veut pas y aller, mais une fois qu’on a fait sa séance (peu importe de quoi), on ne le regrette pas, parce qu’on se sent bien, et pas seulement parce qu’on nous dit qu’il faut manger-bouger. Ayant déjà entraperçu les bienfaits du Miracle Morning, je suis, sinon enthousiaste, tout du moins curieuse de ce que cette aventure peut m’apporter. Je n’y suis pas encore, mais dans l’un des chapitres il est question de se lancer un défi sur 30 jours de changer avec le Miracle Morning, et j’ai hâte de le lancer. Ceux qui me suivent et/ou me connaissent savent que je vis actuellement une période de transition, et pour ne rien vous cacher, je pense que les préceptes de Hal Elrod tombent à point nommé.

J’espère vous en donner bientôt des nouvelles des plus positives ! J’ai hâte de me lancer et de voir mes progrès. C’est réellement très motivant et très inspirant d’observer la personne que l’on devient.

***

Et vous, avez-vous déjà expérimenté ce Miracle Morning ? 
Que faîtes-vous dans l’esprit du développement personnel pour vous sentir bien ? 

361e390e947602e094945fe6f67880c5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :