chiara_catalogue(photo Wear Lemonade)

Si vous avez lu mon article sur la nouvelle collection de Wear Lemonade, vous avez vu passer la sublime Chiara rayée qui est pile dans mes couleurs et toute en soie, mais dans un prix qui dépasse bien largement mon budget.

Mais ! (il y a un mais…), lors d’une virée shopping tissus à Paris, alors que ma comparse et moi nous prenions un temps pour respirer un peu, en tournant la tête alentour mes yeux sont tombés sur un magnifique tissu rayé rose façon bonbon ! Nous nous sommes ruées dessus après le temps de surprise, je me suis saisie du précieux tissu avant de partir à la recherche d’un second coupon, que nous avons fini par trouver ! (évidemment c’est ce moment-là qu’un vendeur a choisi de retourner touuuuut l’étalage pour re-ranger parce que « mais qui a mis les cotons là ? c’est n’importe quoi ! » le tout cigarette au bec. Bref.)

A la fin de notre virée nous avons acheté de quoi nous faire la doublure de cette Chiara, nous avons choisi un burligton rose pâle, un peu élastique, (donc extensible), et dont l’épaisseur nous permettra de porter ce petit bijou sous les 27°C.

20160818_162832


Pour vous parler un peu plus
de ce modèle, je dois tout d’abord vous avouer que cette robe me faisait vraiment peur. Entre la doublure et le zip invisible dans le dos, je le sentais vraiment pas. Mais motivée par ce superbe tissu et par le fait de faire une robe en commun avec quelqu’un, je me suis lancée dans l’assemblage et la découpe du patron, puis du tissu. Entre parenthèse, j’ai été surprise de la facilité avec laquelle cette robe se découpe rapidement ! (étape que je n’aime pas). Néanmoins, j’ai du redécouper les 3 parties du haut de la robe ainsi que les manches : j’avais découpé sagement mon tissu dans le sens du droit fil, puis je me suis dit que si je voulais que cette Chiara ressemble aux modèles Wear Lemonade (celles de l’ancienne collection Les Baigneuses et celle de Kiss me Forever), il fallait que les rayures du haut soient horizontales. Cette rectification faite, il était temps d’attaquer la bête !

Alors, comment vous dire… En cousant cette robe, un œil sur la machine, un œil sur le fascicule du patron et un autre œil (!) sur la vidéo tutorielle, j’ai clairement eu l’impression de coudre ma propre robe de mariée. Il faut savoir que la première fois qu’on coud un nouveau modèle, on a tendance à prendre bien plus de temps que pour les fois suivantes (c’est normal, me direz-vous). Sauf que là, entre l’appréhension, l’application, et la difficulté de la robe, j’ai honnêtement trouvé sa confection interminable… (en vrai je n’y ai passé que deux jours mais l’impression reste la même). L’assemblage notamment du corset à la jupe est un véritable calvaire, il faut prendre le corsage (tissu et doublure) en sandwich entre la jupe et le jupon (doublure), sachant qu’en plus à ce moment-là le corset n’est pas fermé (il le sera quand on mettra le zip). Comme dirait Lisa c’est… fastidieux. Puis vient le zip invisible (qui ne l’est pas sur ma robe), à piquer puis finir à la main (pour y coudre la doublure)… S’ajoutent à cela les petites retouches à la main et les ourlets de la jupe et de la doublure… Pfiou !

Le résultat est tout de même très gratifiant. Malgré le dos qui baille un peu (mais c’est propre à ce modèle, au vu des autres réalisations et de celle de Lisa dans la vidéo), c’est une très belle robe, un brin rétro avec ses adorables pinces en V devant, et avec un joli volume. Elle est toute pétillante avec ses belles rayures, elle ressemble à un bonbon ! (ou à un emballage de bonbon, aussi). Elle entre véritablement dans l’esprit de cette adorable collection qu’est Kiss Me Forever, aux côtés de ma Frida et de ma Falbala rayées (elles aussi).

chiara

En somme, c’est la robe de l’amouuuuur ! 
(mais que je ne referai pas de sitôt !)

Publicités