IMG_20160124_145220


Je ne sais pas vous
, mais personnellement, je ressens en permanence le besoin (vital) de bien m’organiser. Je fais partie de ces personnes dont le quotidien est orchestré par des listes de tâches à faire, de choses à emmener, de choses à acheter… Ajoutons là-dessus un esprit créatif qui a régulièrement des idées de tasses à peindre, de vêtements à coudre, de DIY à faire, et vous obtenez… un sacré bazar qui prend la forme de multiples post-its multicolores qui traînent un peu partout et de multiples cahiers thématiques. Ces derniers ont l’avantage de regrouper tous ces éléments par sujet (création, écriture, culture, emploi, études diverses…) mais force m’est d’admettre que ce n’est pas très Marie Kondo. (comprenez : les cahiers s’entassent et l’accès global à ces informations n’est pas très aisé).

J’ai, comme la plupart des gens, été bercée par l’idée d’un cahier de texte à l’école, puis d’un agenda. On commence par y marquer les devoirs, les contrôles, les choses à faire signer, les chaussures de sport à amener. Puis on y met les anniversaires, les rendez-vous médicaux, les rendez-vous professionnels, on y place quelques idées quand elles passent qui se perdent dans le lot – « c’était au 3 septembre ou 6 mars que j’ai mis mon croquis ? » – et qui empiètent sur environ 3 jours de l’agenda. Ca manque de praticité, convenons-en.

Je ne sais plus comment j’ai découvert le concept de Bullet Journal (ou journal à puces), mais nous étions alors à la fin de l’année dernière. J’avais acheté un énième cahier – destiné à m’aider dans le suivi d’une boutique en ligne qui n’a toujours pas vu le jour au moment où je vous parle -, un beau cahier violet, avec un index, des pages numérotées et un petit ruban en guise de marque page. Sans savoir que ce cahier Leuchtturm 1917 était/serait le modèle de prédilection du Bullet Journal, je me suis attelée à la traduction de la présentation de ce dernier sur le site de son créateur, et j’ai commencé à créer le mien.

Pour ceux qui prendraient le train en marche, le concept de base du Bullet Journal est d’organiser ses diverses entrées (rendez-vous, tâches à faire, événements, idées…) sous la forme de puces, chacune correspondant à la nature de ladite entrée. Par exemple, « .  » désigne une tâche à faire (« passer l’aspirateur »), «  » une pensée, un fait, « o » un événement (un rendez-vous médical par exemple), etc. A cela peuvent s’ajouter d’autres puces qui ajoutent une information supplémentaire à l’entrée (par exemple, on peut ajouter un « * » devant une tâche très importante).

Le journal se compose donc d’un agenda annuel (« Future Log« ), d’un agenda mensuel (« Monthly Log« ) et d’un agenda quotidien (« Daily Log« ). A chaque fois, on utilise les puces pour noter tout ce dont on doit ou veut se souvenir. La veille ou le jour même comme il se déroule, on note les informations dans le Daily Log à l’aide des puces. Enfin, la présence d’un index en début de Bullet Journal et la numérotation de chaque page permet un référencement précis et efficace.

L’idée principale du Bullet Journal est de fournir un accès facile et le plus rapide possible aux entrées que l’on souhaite y mettre, ce pour quoi il est conseillé d’être le plus concis possible dans ses entrées. (quitte à prendre une page suivante pour y développer à son aise une idée ou un événement.)

20160725_180030


Depuis janvier, jusqu’à il y a une semaine environ
, j’ai utilisé mon Bullet Journal de cette façon. Il m’a semblé très pratique pour noter mes rendez-vous et garder une trace d’éléments qui me semblaient important (tels que mes heures de conduite et mon avancée, mon évolution de poids, le suivi de mes plantes, etc). J’utilisais parallèlement un semainier pour organiser mes semaines (parce que j’aime avoir une vue globale sur ma semaine), que j’ai fini par intégrer début juillet dans mon Bullet Journal.

Cependant, en lisant l’article de George, puis celui d’Alice, je me suis rendue soudainement compte que je n’utilisais pas tout le potentiel que le Bullet Journal pouvait m’offrir : il manquait un peu de personnalisation à mon goût, et je n’utilisais pas la notion de « collection« , c’est-à-dire une série d’entrée réunies par thèmes, comme par exemple une liste de livres à lire, ou le suivi des séries. Ce qui impliquait de ce fait le recours à d’autres moyens et espaces pour noter ces informations… on retombe dans la dispersion.

20160725_174542

J’ai donc farfouillé un peu partout (sur le Pinterest de George, sur l’Instagram d’Alice, ainsi que librement sur ces deux réseaux sociaux) pour trouver un peu d’inspiration. Je me suis convaincue de créer diverses pages indexées en début de Journal – Couture, Livres à lire, Suivi de séries, Suivi de poids… – et de revoir mes conceptions des semainiers et des Daily Log (voir ci-dessus).

20160725_174445

Bien que j’avais déjà entraperçu les qualités du Bullet Journal en matière d’outil personnel et quotidien indispensable, mes recherches sur internet m’ont prouvé – avec notamment les divers Trackers – que ce petit objet, une fois exploité à son maximum, peut devenir une véritable mine d’or. En effet, certaines personnes y inscrivent scrupuleusement leur consommation d’eau, leur rythme de vie (veille, sommeil…) et plein d’autres informations sur leur mode de vie.

20160725_174428


Après une semaine d’utilisation
, je dois dire que je me sens bien plus à l’aise avec mon petit BuJo. L’écriture y est plus légère, plus personnelle, « libérée » quelque part : des seules dates indiquant les Daily Log aux belles écritures et aux petits coups de crayons de couleurs, des entrées plates à l’ajout de petits dessins, de flèches, de « trackers » de thés bus, je dois dire que je m’amuse bien plus à entretenir mon journal. Comme tout dans la vie, il peut bien évidemment s’améliorer, mais je sens déjà que je suis en bonne voie.

20160725_174512

A présent, j’ai véritablement hâte d’attaquer le mois d’Août, de lui consacrer une superbe double-page pour l’occasion, et d’ajouter à mon Monthly Log des pages spécialisées (dépenses, blog…). La BuJo est un outil qui peut aussi développer notre esprit créatif, et offrir de précieux temps de détente à le penser, le construire, le personnaliser… Je ne peux que le conseiller !

***

Voilà, j’espère que cet article vous a plu, peut-être vous a-t-il donné envie de vous y mettre vous aussi ?
Je vous invite également à regarder le compte Instagram de bu.journal.love qui regorge de chouettes idées ! 

Publicités