Comment j’ai appris à coudre

20160427_182408

J’avais déjà le thé, l’amour des ronrons, la broderie : il ne me manquait plus que la couture pour être une vieille dame princesse accomplie. Oui, car c’est bien connu, une princesse se doit d’être polie, jolie, gentille, avec un joli port de tête, une conversation intéressante, et un don pour les travaux d’aiguille. Et c’est là que je me félicite de vivre en 2016, puisque, je ne vais pas vous le cacher, en matière de couture, l’aiguille à la main je n’en mène pas large. Au début, on s’applique, puis les points s’espacent, perdent en régularité, on s’impatiente, on s’énerve, et à la fin on fait un gros pâté de 5-6 nœuds qu’on solidifie avec une goutte de colle ou de vernis transparent quand c’est la dech’ (toute ressemblance, totale ou partielle, avec des événements existants ou ayant existés serait purement fortuite).

Petite, comme certaines d’entre vous peut-être, j’avais la lubie de créer moi aussi des vêtements (pour moi ou pour mes poupées), mais à défaut d’aiguille, ça dévie rapidement sur un rouleau de scotch, une agrafeuse et de la colle, pour finir inéluctablement (oui, oui) sur un machin informe et collant roulé en boule, les nerfs en pelote en prime. Comme pour les macarons, je me suis dit que cela devait être une science occulte, et je suis retournée sagement à mes puzzles.

Cependant, pseudo princesse Aliénor que je suis, je me suis dit  » alors, les tartes maison, c’est fait, le rangement, aussi, les plantes, itou, repensons cette histoire de couture ! « . Enfin presque. En réalité, je suis tombée un peu par hasard sur le blog Make My Lemonade en cherchant des DIY à faire, et parmi les divers tutoriels de décoration fort jolis au passage, il y avait des tutoriels de couture Wear Lemonade.  » Un vêtement par mois, à acheter ou à faire soi-même.  » J’ai regardé les tutoriels en repensant à une amie qui s’est engagée dans une formation de chapelière puis de costumière, et je me suis dit : pourquoi pas moi ?

Pour débuter, j’ai choisi un projet simple, le DIY Tote bag losange. Je me suis procurée une machine à coudre (la Singer Mc Starlet, pour ceux que ça intéresse), j’ai presque compris comment remplir et insérer la canette, j’ai trouvé un sublime tissu pas du tout voyant avec des flamants roses, et en voiture Simone. Le verdict ? Point de larmes, point de morts à déplorer non plus (surtout du côté desdites canettes), et en prime, un adorable tote bag gigantesque à promener partout !

20160501_134916

J’ai plutôt bien choisi mon timing, puisque le 22 avril 2016, le Lemonade Studio ouvrait ses portes ! Je m’y suis rendue avec une amie, j’ai pu y trouver moult conseils et inspirations, et en suis repartie munie du kit pour débutante et de mes trois premiers patrons, j’ai nommé la robe Frida, la jupe Lila, et la robe Malia.

Et comme je ne fais pas les choses à moitié (on va dire ça comme ça…), j’ai commandé dans la foulée les patrons des blouses Bianca et Leia, ainsi que celui de la robe Léna (plus difficile). Je suis retournée à la chasse au tissu, et j’ai trouvé de quoi me faire une blouse Bianca et deux jupes Lila (pas prétentieuse la fille, déjà).

Patrons

Pour m’organiser – parce que j’adore m’organiser ! – je me suis confectionnée un petit cahier de couture avec la photo des patrons, les listes des courses pour chaque modèles, les conseils de tissus, ainsi qu’un espace pour coller des prototypes tout en papier calque et en crayons de couleurs. J’ai fait quelques dessins, et j’ai décidé de me lancer sur le premier projet.

L’aventure !

IMG_20160501_162248

La couture, ça commence par un patron. Ca doit être véritablement pénible à faire, heureusement, des adorables personnes ont la gentillesse de le faire pour celles qui ne sont pas reines de la mesure. Ce patron, on peut soit le découper directement selon notre taille, soit en décalquer les parties (afin de préserver le patron original, ce qui a été mon choix). J’ai donc sorti le papier sulfurisé qui sauve les tartes (je vous raconterai cette histoire, promis), le crayon, et zou ! Ce n’est pas l’étape la plus pénible, mais on est quand même content quand c’est fini. Puis, il faut reporter le patron sur le tissu pour le découper. En général, c’est à ce moment là qu’on commence à rigoler (et également celui où mon dos commence à me parler en allemand à force d’être debout penchée sur la table du salon). M’est avis qu’il s’agit de l’étape la plus fastidieuse de l’entreprise générale, mais ce n’est que mon humble avis.

Une fois que j’ai eu fini de découper mes éléments et thermocollé certains, j’ai préparé ma bécane, et suis partie à l’aventure. Tutoriel sous les yeux, on place, on épingle, on pique, on repasse, on place, on épingle, on pique, on repasse…

Col flamants

Et puis finalement, TA-DA ! La sorcellerie opère, et sans larme aucune, ni blessure de guerre (sauf piqûres d’épingle, ouille), et presque pas d’erreurs, j’ai réalisé mon premier vêtement. Pire que ça, j’ai fait UN COL DE CHEMISE. Eh bien je peux vous dire que lorsqu’on place son vêtement tout frais (ou encore chaud, c’est selon) sur le cintre, on est vraiment fier. Admirez !

IMG_20160503_152412IMG_20160503_154059

 

Comment vous décrire le sentiment qui m’a envahi ? C’était comme apprendre à faire de la nougatine ou des chouquettes soi-même, comme savoir changer une ampoule (bon, ok, ça c’est facile), ou appliquer tout seul un produit en croix ! On se sent fort, on se sent grand, on se sent PRET(E) POUR L’IMPOSSIBLE ! Et en général, c’est là que ça dérape, on prend un grand sac, des bonnes chaussures, sa carte bleue encore froide, et on file à Barbès s’approvisionner en came (parce que ça devient vite une drogue, quand même). Velours, popeline, voile de coton, doublure, du violet, des pois, un peu de rose, encore un peu de pois et un peu de velours… Et des projets plein la tête.

Dans la foulée, j’ai réalisé une jupe Lila, qui, bien qu’ayant quelques tâches malheureuses sur le coin de la figure, me rend tout aussi fière. Pour ma défense, ce modèle-ci est un peu coriace, surtout pour celles qui n’ont pas été bénies par Dame Logique quand vient l’heure de la doublure (hahem). Mais passons !

IMG_20160508_190425

Et voilà, mesdames et messieurs, comment j’ai appris à coudre !
(bien sûr, il me reste encore beaucoup à apprendre, mais c’est ça qui est bon, pas vrai ?)

Bientôt ce sera au tour de la robe Malia de se dévoiler sous vos yeux (olé, olé), mais pour l’heure, c’est le moment de vous demander :

Et vous, cousez-vous ?
Comment s’est passée votre première expérience avec la couture ?
Avez-vous votre diplôme de remontage de fil de la canette ? 

Si non, est-ce que la couture vous semble un peu moins inaccessible, voire carrément aguichante ?
Connaissez-vous la conjugaison du verbe coudre ? (qui est quand même hallucinante) 

 

Publicités

2 commentaires sur “Comment j’ai appris à coudre

Ajouter un commentaire

  1. Est-ce que tu as vraiment appris à coudre comme ça ? sans avoir pris de cours ? Parce que je suis un peu dans ce cas là, j’ai réalisé 2 patrons (après pas mal d’énervement, de coutures décousues/recousues/re-décousues…) et je vais bientôt en faire d’autre. Ça me rassure de voir ton expérience, surtout que tes dernières robes sont top !

    J'aime

    1. Ah oui oui, je n’ai pas suivi de cours de couture, j’ai simplement suivi les indications des patrons et je me suis beaucoup aidée des vidéos tutorielles de Wear Lemonade. Je te rassure, au début c’est un peu bancal, on fait des loupés, des erreurs bêtes qu’on doit rattraper, mais à force on progresse, et parfois, même si ce n’est pas absolument parfait, on est tellement fier de soi devant sa tenue qu’on gagne en assurance ! Bien sûr certains projets nécessitent plus de patience et d’attention que d’autres, mais en se concentrant bien, on y arrive !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :